Archives mensuelles : août 2015

30 août : Ciné-club banlieue avec Vincent Cassel : Lascars (2009) – La Haine (1995)

lascars_affiche

– 19h : Lascars (Albert Pereira-Lazaro & Emmanuel Klotz – 2009 – 96 minutes)

avec Vincent Cassel, IZM, Diane Kruger, Omar Sy, Fred Testot, Gilles Lelouche, Frédéric Bel, Diam’s, Vincent Desagnat, François Levantal, Eric Judor, Katsuni

A Condé-sur-Ginette, Tony Merguez et José Frelate se font arnaquer et leurs vacances tombent à l’eau. Ils essaient de rebondir par la débrouille…

Lascars est à la base une série d’animation humoristique sur les banlieues françaises de trente épisodes d’une minute, créée par un collectif d’artistes issus de la street culture, diffusée sur Canal+ en 1998. Sa popularité persistante sur internet (plus de vingt millions de visionnages) fut telle qu’une seconde saison fut lancée en 2007, ainsi que deux bandes dessinées et surtout ce film d’animation sorti au cinéma, réalisé par deux anciens étudiants de la prestigieuse Ecole des Gobelins, présenté au Festival de Cannes dans la Semaine de la Critique ! Fidèle à l’esprit de la série mais en format bien plus long et plus riche (en galères !), avec sa culture hip-hop et un graphisme soigné issu de l’esthétique des graffitis, le film s’avère particulièrement hilarant et rocambolesque, notamment grâce à son écriture brillante qui sent bon le flow du rap et le verlan. A noter le judicieux casting des voix de doublage, par autant d’amoureux des cités comme Vincent Cassel, Omar et Fred ou Diam’s. Enfin l’histoire ne s’arrête pas là puisqu’une série télévisée (avec vrais acteurs cette fois) a diffusée en 2012 pendant deux saisons.

 LA HAINE

– 21h : La Haine (Mathieu Kassovitz – 1995 – 96 minutes)

avec Vincent Cassel, Hubert Koundé, Saïd Taghmaoui, Solo, Sergi Lopez, Benoit Magimel

Au lendemain d’une nuit d’émeutes entre des jeunes et la police dans une cité du 78 suite à une bavure policière, trois jeunes vont vivre la journée la plus importante de leur vie.

Le premier film de Mathieu Kassovitz porte sur un fait réel : le meurtre d’une balle dans la tête d’un jeune zaïrois par la police lors d’une garde à vue en 1993. Il tourne autour de la haine (réciproque) que les jeunes de banlieue vouent envers la police, leurs bavures et leur impunité, et les différentes réactions qui en découlent, entre le désir de vengeance et l’appel à la raison. Le noir et blanc de la pellicule restitue le malaise de leur quotidien morose et sans espoir – le film fut d’ailleurs le premier à traiter du sujet brulant des banlieues et à donner voix à une frange de la population d’ordinaire si peu représentée. Œuvre générationnelle, La Haine fut un triomphe public et critique : Prix de la mise en scène au Festival de Cannes, trois Césars (et huit nominations) dont celui du meilleur film, tandis que Vincent Cassel (nommé aux Césars du meilleur espoir et du meilleur acteur) fut révélé au grand public. Mais La Haine fut aussi l’objet d’une polémique politico-médiatique autour de la représentation de la violence et de la haine policière, et de l’influence que cela pourrait avoir sur les jeunes de cités. Un débat qui continua longtemps avec le rap français (le ministre de l’intérieur de l’époque Jean-Louis Debré porta d’ailleurs plainte contre une chanson d’un album inspiré par le film).

9 août : Ciné-club diamant avec Michael Douglas : A la poursuite du diamant vert (1984) – Le Diamant du Nil (1985)

A LA POURSUITE DU DIAMANT VERT

– 19h : A la poursuite du diamant vert (Robert Zemeckis – 1984 – 105 minutes)

avec Michael Douglas, Kathleen Turner, Danny DeVito, Alfonso Arau, Manuel Ojeda

Une romancière à succès part en Colombie pour trouver un diamant vert afin de sauver sa sœur kidnappée. Elle croise la route d’un aventurier à l’opposé des héros de ses livres.

Ecrit par une jeune serveuse que Michael Douglas (producteur du film) a rencontré au restaurant, Diane Thomas (disparue tragiquement au volant de la Porsche que Michael Douglas lui avait offerte), A la poursuite du diamant vert a été original pour l’époque avec son mélange d’aventure exotique, de romance et de comédie, une sorte d’Indiana Jones qui intéresserait le public féminin avec de l’eau de rose. De plus, il joue régulièrement avec l’opposition entre le monde idéal de la romancière et sa réalité plus prosaïque et vulgaire, dans sa quête de l’aventurier idéal. Le film a été un immense succès à sa sortie (rapportant plus de dix fois son budget), et fit décoller la carrière de beaucoup de monde : Michael Douglas (également producteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou et Le Syndrome chinois), Kathleen Turner (L’Homme aux deux cerveaux), Danny DeVito (ancien colocataire et ami de Michael Douglas qui jouait déjà dans Vol au-dessus d’un nid de coucou) et le réalisateur Robert Zemeckis (Retour vers le futur, Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, Forrest Gump).

 LE DIAMANT DU NIL

– 21h : Le Diamant du Nil (Lewis Teague – 1985 – 106 minutes)

avec Michael Douglas, Kathleen Turner, Danny DeVito, Spyros Fokas, Avner Eisenberg

Notre romancière est invitée par un prince du Moyen-Orient. Mais celui-ci a capturé le Diamant du Nil, qui intéresse beaucoup de monde…

Après l’immense succès du premier, Michael Douglas en produit la suite, avec le même trio d’acteurs principaux. Après la Colombie (mais tourné au Mexique), les aventures continuent sur le Nil (mais tourné au Maroc). Si le réalisateur aux commandes est moins prestigieux et que la formule se répète (la scénariste originale n’ayant plus se libérer pour écrire la suite), le film s’avère finalement plus rythmé et moins linéaire que le premier, le trio d’acteurs principaux étant très rodé et soudé. Billy Ocean signe le thème principal, tandis que la BO est de Jack Nitzsche (Starman, Vol au-dessus d’un nid de coucou). A noter que Danny DeVito réunira à nouveau Michael Douglas et Kathleen Turner dans La Guerre des Rose qu’il réalisera, comédie noire où ils jouent cette fois-ci un couple qui se déchire violemment.

2 août : Ciné-club poissons

PIRANHAS

– 19h : Piranhas (Joe Dante – 1978 – 94 minutes)

avec Bradford Dillman, Heather Menzies, Kevin McCarthy, Keenan Wynn, Barbara Steele, Dick Miller, Belinda Balaski

Deux jeunes campeurs disparaissent après avoir plongé dans le bassin d’un site militaire désaffecté. Une détective privée est chargée de les retrouver.

Piranhas est le premier film que Joe Dante réalise seul (après deux co-réalisations) et déjà un film de monstres (avant Hurlements et les Gremlins). Produit par Roger Corman, le pape de la série B (réalisateur d’une cinquantaine de films et producteur de plus de quatre cent films !), il parodie les films d’horreur aquatiques qui pullulent depuis le raz de marée des Dents de la mer. Aussi ironique que sanglant, il comporte aussi une couche politique, en critiquant la société américaine superficielle et mercantile, ainsi que les expérimentations et l’irresponsabilité de l’armée, quelques années après la guerre du Vietnam. Malgré les limites du budget, les effets spéciaux du jeune prodige Rob Bottin (Hurlements, The Thing, Robocop, Total Recall) s’avèrent tout à fait efficaces, et Spielberg lui-même reconnaîtra le pastiche et le talent de Joe Dante en produisant les Gremlins (et en dissuadant Universal d’attaquer le film pour plagiat). L’immense succès de Piranhas (16 millions de recettes pour un budget de 770.000 dollars) donnera lieu à plusieurs suites : Piranha 2 (premier film de James Cameron !), Piranha (remake produit par Corman), Piranha 3D (par le français Alexandre Aja) et Piranha 3DD.

 LES DENTS DE LA MER

– 21h : Les Dents de la mer (Steven Spielberg – 1975 – 124 minutes)

avec Roy Scheider, Robert Shaw, Richard Dreyfuss, Lorraine Gary, Murray Hamilton

Une petite ville côtière est victime des attaques d’un requin blanc.

Adapté d’un best-seller de Peter Benchley (Les Grands Fonds), Les Dents de la mer n’est que le deuxième long-métrage du jeune Steven Spielberg (après trois téléfilms). Mais à seulement vingt-huit ans il va révolutionner l’industrie hollywoodienne avec l’un des plus gros succès du box-office, ses 470 millions de dollars de recettes détrônant Le Parrain (il sera dépassé par Star Wars en 1977). Même s’il y eut des précédents (L’Aventure du Poseidon, La Tour Infernale), il instaure un nouveau type de blockbuster, des films d’action spectaculaires à gros budget qui sortent pour l’été afin d’attirer massivement le grand public. Monstrueusement efficace, Spielberg dose subtilement la tension en montrant le moins possible le requin, utilisant soit sa vue subjective, soit le légendaire thème musical de John Williams (futur compositeur de Star Wars) à sa place. Lauréat de trois Oscars (meilleurs montage, musique et son) et nommé à celui du meilleur film (éclipsé par Vol au-dessus d’un nid de coucou et ses cinq Oscars), Les Dents de la mer devint la pierre angulaire du film à suspense moderne ainsi que du film de monstre aquatique, connut trois suites et installa pour longtemps Steven Spielberg dans l’industrie cinématographique.