Archives du mot-clé couple

10 janvier : Ciné-club faubourgs parisiens par Jacques Becker : Antoine et Antoinette (1947) – Casque d’or (1952)

ANTOINE ET ANTOINETTE

– 19h : Antoine et Antoinette (Jacques Becker – 1947 – 89 minutes)

avec Roger Pigaut, Claire Maffei, Noël Roquevert, Jacques Meyran, Gérard Oury, Pierre Trabaud, François Joux, Gaston Modot, Annette Poivre, Louis de Funès

Un couple d’ouvrier parisien gagne à la loterie mais perd le billet…

Ecrit par Jacques Becker, Antoine et Antoinette suit la vie d’un couple d’imprimeur et d’une vendeuse de grand magasin dans le Paris des Trente Glorieuses. S’il pourrait être néo-réaliste par la rigueur de sa description sociale, le film est surtout une joyeuse et tendre comédie romantique, sur les petits riens du quotidien, les relations de travail, l’entraide de voisinage, les jalousies et les rêves de loterie. Les dialogues précis et la diction nerveuse des comédiens donnent un rythme efficace et typique de l’époque que la plupart des films actuels sont incapables d’égaler. Claire Maffei illumine le film de sa beauté insouciante et de sa ferme légèreté. A noter que la discrète présence de Louis de Funès dans son troisième film, jouant deux minuscules rôles. Exaltant l’amour et la joie de vivre dans l’Après-guerre, porté par la caméra experte du grand Jacques Becker, Antoine et Antoinette a été récompensé par le Grand Prix du Festival de Cannes (qui deviendra la Palme d’or).

 MovieCovers-88688-88688-CASQUE D'OR

– 21h : Casque d’or (Jacques Becker – 1952 – 86 minutes)

avec Simone Signoret, Serge Reggiani, Claude Dauphin, Raymond Bussieres, William Sabatier

En 1900, Marie, une prostituée surnommée Casque d’or, séduit un ancien voyou devenu menuisier. Mais cela va semer le trouble dans le gang du maquereau de Marie.

Casque d’or est inspiré d’une histoire vraie, celle d’Amélie Elie dans le milieu des apaches parisiens, ces voyous des faubourgs qui se distinguaient des autres par leur volonté de s’afficher, élégants affranchis avant l’heure durant la Belle Epoque. La lutte de gangs autour de Casque d’or fut un des faits divers les plus populaires de l’époque. Jacques Becker en tire une histoire d’amour sanglante, une tragédie implacable de malfrats, magnifiquement portée par Simone Signoret et Serge Reggiani, deux amants du caniveau épris de passion fatale. Le quasi néo-réalisme de Becker se porte cette fois-ci sur la description des milieux interlopes de Belleville, alors village, contrebalancé par le lyrisme des sentiments et la retraite bucolique éphémère des héros. Echec à sa sortie à cause de sa trop grande modernité, Casque d’or est depuis devenu un classique absolu du cinéma français.