Archives du mot-clé guerre de Sécession

Ciné-club Kevin Costner, acteur/réalisateur : Danse avec les loups (1990)

1211490811

– 19h : Danse avec les loups (Kevin Costner – 1990 – 224 minutes)

avec Kevin Costner, Mary McDonnell, Graham Greene, Rodney Grant

Un officier de la guerre de Sécession qui vit seul dans son fort, oublié par son armée, entre en contact avec une tribu de Sioux.

Kevin Costner (Silverado, Les Incorruptibles) était une grande star du box-office dans les années 80-90. Comme d’autres acteurs (Charles Laughton, Clint Eastwood, Marlon Brando, etc.) il s’essaie brillamment à la réalisation. Il pousse son Michael Blake à transformer son projet de scénario de Danse avec les loups en roman, dont l’acteur rachète les droits pour en faire un film, un anti-western. A l’opposé des westerns classiques, celui-ci n’est pas manichéen mais progressiste et contemplatif, un grand soin étant donné à la nature et aux superbes paysages du Dakota du Sud et du Wyoming. Le soucis d’authenticité est tel que les acteurs utilisés sont de véritables amérindiens Sioux, qui ont appris ou réappris le Iakota, la langue de leur tribu, utilisée tout le long du film (y compris par Costner). Danse avec les loups est un vibrant et humaniste hommage à cette tribu et par extension aux habitants originaires de l’Amérique, en restituant minutieusement leur mode de vie et leur culture, tranchant clairement avec la vulgarité et la brutalité des officiers américains, ce qui interroge fortement le peuple américain contemporain sur les fondements de leur pays et de sa colonisation barbare et meurtrière. Le personnage principal, parti à la découverte de l’Ouest américain, finira d’ailleurs par y trouver un sens supérieur à sa vie parmi les Sioux que parmi les colons américains. Cette sublime et émouvante fresque pacifiste d’un budget de 15 millions de dollars (Costner ayant dû financer lui-même les dépassements) a connu un triomphe public et critique monumental, en remportant 424 millions de dollars dans le monde (sept millions d’entrée en France), l’Ours d’argent au Festival de Berlin et pas moins de sept Oscars : meilleurs film, réalisateur, scénario, musique (John Barry, le compositeur des premiers James Bond), photographie, montage et son. On a rarement vu un tel succès, à la fois pour un western et pour un premier film !