Archives du mot-clé Kim Basinger

26 novembre 2017 : Ciné-club Passion extrême : 9 semaines 1/2 (1986) – Portier de nuit (1974)

9 SEMAINES ET DEMI

– 19h : 9 semaines 1/2 (Adrian Lyne – 1986 – 117 minutes)

avec Mickey Rourke, Kim Basinger, Margaret Whitton, David Margulies, Christine Baranski

Une galeriste new-yorkaise rencontre un homme mystérieux dans la rue. Ils vont s’adonner à des jeux érotiques de plus en plus intenses.

Film culte des années 80 (dont il épouse efficacement et avec soin les codes esthétiques), 9 semaines ½ se concentre sur la relation passionnelle entre la belle et sexy Kim Basinger et le mignon Mickey Rourke. Entre L’Empire des sens (en plus sage) et Le Dernier tango à Paris (en plus torride), le couple franchit une à une les étapes de la séduction, du mystère, de l’attraction irrésistible, explorant leur désir par des jeux sexuels jusqu’à la manipulation et le sado-masochisme. La bande-son est remplie de stars de la pop de l’époque : Eurythmics, John Taylor (Duran Duran), Bryan Ferry, Devo, Stewart Copeland (Police), mais c’est « You Can Leave Your Hat On » de Joe Cocker qui va devenir un tube planétaire et la chanson officielle des strip-teases (entendue jusqu’à la nausée depuis…). Le film est un échec aux Etats-Unis, mais un grand succès dans le reste du monde, et annonce Cinquante nuances de Grey. Il connaîtra une suite avec Mickey Rourke en 1997 (Love in Paris), et un prequel (avec Malcolm McDowell) en vidéo l’année suivante. Quant au réalisateur Adrian Lyne, il continuera son exploration du désir avec Liaison fatale, Proposition indécente et un remake inattendu du Lolita de Nabokov (pourtant déjà insurpassablement adapté par Kubrick).

PORTIER DE NUIT

– 21h : Portier de nuit (Liliana Cavani – 1974 – 118 minutes)

avec Dirk Bogarde, Charlotte Rampling, Philippe Leroy, Giuseppe Addobbati, Amedeo Amodio

Après-guerre, une bourgeoise séjourne avec son mari dans un grand hôtel viennois. Le portier de nuit se révèle être son ancien bourreau SS dans un camp de concentration, avec qui elle entretenait une passion sado-masochiste.

Censuré en Italie, classé X aux Etats-Unis, Portier de nuit figure sur le podium des films scandaleux, en proposant la relation complexe, sado-masochiste et amoureuse entre une déportée juive et un SS (impérial Dirk Bogarde, comme d’habitude), dans un camp durant la guerre puis dix ans plus tard à Vienne. La fiévreuse polémique lui reproche aussi de participer à la fascination esthétique et érotique du nazisme : sa scène la plus iconique est celle où Charlotte Rampling danse et chante seins nus en uniforme nazi. Le film est considéré comme l’initiateur involontaire du genre nazisploitation (dont Tarantino proposera par exemple une fausse bande-annonce au milieu de son Grindhouse, avec Werewolf women of the SS réalisé par Rob Zombie) et même du porno nazi. Cependant, la fine fleur des réalisateurs italiens tels que comme Pasolini, Visconti (Bogarde et Ramling avaient joué dans ses Damnés), Antonioni, Bertolucci ou Petri signèrent une lettre de protestation contre la Commission de censure italienne. On ne peut d’ailleurs pas accuser Liliana Cavani d’aborder le sujet avec légèreté ou inconséquence, puisqu’elle avait auparavant réalisé des documentaires sur les femmes dans la résistance italienne, recueillant des témoignages effroyables et importants, ou sur l’histoire du Troisième Reich (le premier sur le sujet à la télévision). Elle n’a pas non plus inventé le syndrome de Stockholm (quand un otage s’attache émotionnellement à son geôlier, selon de complexes mécanismes psychologiques de survie). Mais, une fois de plus, rappelons que si l’art peut avoir des vertus morales, elles ne sont en aucun cas sa condition ni sa fonction, et nous devrions ainsi être en mesure de contempler une œuvre digne et sublime sur, justement, l’ambiguïté et le vertige des situations humaines dans le violent tumulte de l’Histoire. On ne peut pas traiter du problème du Mal sans se salir les mains. Les artistes qui prétendraient le contraire seraient des imposteurs ou, pire, des naïfs. Car s’il n’y avait pas de séduction dans le Mal, il serait inoffensif.

27 décembre : Ciné-club Batman par Tim Burton : Batman (1989) – Batman Le Défi (1992)

MovieCovers-173545-218841-BATMAN

– 19h : Batman (Tim Burton – 1989 – 130 minutes)

avec Michael Keaton, Jack Nicholson, Kim Basinger, Robert Wuhl, Michael Gough, Pat Hingle, Billy Dee Williams, Jack Palance, Jerry Hall

Tombé dans une cave acide à cause de Batman et défiguré, le gangster Jack Napier devient le Joker et sème la terreur à Gotham City.

Le héros de comics créé par Bob Kane avait déjà connu une adaptation à l’énorme succès en série télévisée et en film dans les années 60. Mais leurs couleurs vives, ses onomatopées affichées à l’écran et l’humour enfantin les ont rendu (délicieusement) kitsch, et plus personne n’osa toucher à la franchise. Vingt plus tard, Tim Burton s’y attaque, et son propre univers sombre et déjanté (Beetlejuice, Edward aux mains d’argent) s’accommode judicieusement à l’obscurité et l’ambivalence de l’homme chauve-souris. Le rôle très disputé de Bruce Wayne a finalement été accordé à Michael Keaton (Beetlejuice). L’immense Jack Nicholson, habitué des rôles de fous (Vol au-dessus d’un nid de coucou, Shining), endosse le costume violet du Joker. La star Kim Basinger (Jamais plus jamais, 9 semaines 1/2) illumine de sa beauté la partenaire de Batman. Grâce à l’ambition et aux moyens investis, Gotham City est enfin gothique, sale et malfamé – le film obtient l’Oscar de la meilleure direction artistique. Prince, grand amateur du héros, signe trois chansons pour le film, et sortira un album entier inspiré du film. Batman a été un immense succès commercial, et a défini le nouveau standard des superproductions de héros de comics, qu’Hollywood exploite encore aujourd’hui.

 BATMAN LE DEFI

– 21h : Batman Le Défi (Tim Burton – 1992 – 126 minutes)

avec Michael Keaton, Danny DeVito, Michelle Pfeiffer, Christopher Walken, Michael Gough, Pat Hingle, Michael Murphy, Vincent Schiavelli

Le Pingouin et Catwoman s’allient dans le crime contre Batman.

Après le raz de marée du premier épisode, Warner Bros accorde encore plus de budget et de liberté (scénaristique et artistique) à Tim Burton. Il en tirera un de ses films les plus sombres et personnels, explorant les blessures les plus profondes et intimes du Pingouin (méconnaissable Danny DeVito), enfant monstrueux abandonné par ses parents), et Catwoman (sensuelle Michelle Pfeiffer en cuir moulant), secrétaire frustrée et dévalorisée par son patron, le cynique et malhonnête businessman Max Schreck (hommage à l’acteur de Nosferatu de Murnau, joué par Christopher Walken). Bruce Wayne n’est pas en reste, puisqu’il est attiré par Selina Kyle, pendant que leurs alter ego Batman et Catwoman se tournent autour. Les décors et cascades sont encore plus extravagants dans cet épisode, et le ton est bien plus violent et sexuel, ce qui ne sera pas au goût de tous, là où les fans le trouveront meilleur que le premier, le voyant comme un film d’auteur spectaculaire. Par la suite la franchise sera reprise avec beaucoup moins de crédibilité par Joel Schumacher (Batman Forever, Batman & Robin), avant de renaître de ses cendres avec Christopher Nolan dans une nouvelle trilogie à succès revenant sur la facette la plus tourmentée du héros et de son univers. A noter enfin que Michael Keaton reviendra sous les projecteurs avec Birdman (2014), film oscarisé sur un ancien acteur de superhéros qui essaie de relancer sa carrière.

Ciné-club James Bond alternatif : Casino Royale (1967) – Jamais plus jamais (1983)

James Bond est une des marques les plus fortes de l’industrie du cinéma, détenue par EON Productions suite à l’achat des droits auprès d’Ian Fleming. Cependant, au milieu de ce juteux business fermement verrouillé, subsistent deux anomalies, deux films hors-série qui ne furent pas produits par EON Productions mais par des producteurs indépendants (raison pour laquelle les films ne font jamais partie des coffrets DVD ou blu-ray). Atypiques, ils ne sont pas moins intéressants pour les amateurs de l’agent secret comme pour les cinéphiles.

Dimanche 26 janvier 2014 :

Casino Royale (1967) 1

– 19h : Casino Royale (Val Guest, Joseph McGrath, John Huston, Ken Hughes, Robert Parrish, Richard Talmadge – 1967 – 130 minutes)

avec Peter Sellers, Ursula Andress, David Niven, Woody Allen, Orson Welles, Deborah Kerr, John Huston

 Sir James Bond, anobli et retraité, est rappelé par les services secrets britanniques pour combattre l’organisation criminelle SMERSH.

Casino Royale, le premier livre d’Ian Fleming, était le seul dont EON Productions (les producteurs des quatre précédents James Bond) ne possédait pas les droits. Le producteur Charles Feldman les avait achetés et ambitionnait d’en faire sa propre adaptation cinématographique. Mais avec le refus de Sean Connery (sous contrat avec EON) de participer au projet, Feldman sentait qu’il ne pourrait pas concurrencer la franchise officielle, et décida de s’en démarquer avec un film humoristique. A partir de là commence un tournage profondément chaotique, qui accumulera les mois de retard et dont le budget doublera (culminant à 11 millions de dollars, soit plus qu’Opération Tonnerre !). Le réalisateur initial (Joseph McGrath) est rapidement viré, et pas moins de cinq autres réalisateurs tourneront chacun des parties différentes du film – dont l’immense John Huston, qui joue M au passage ! Le casting est d’ailleurs on ne peut plus prestigieux : Peter Sellers, Ursula Andress, Orson Welles, Woody Allen, David Niven (le souhait initial de Ian Fleming pour incarner James Bond), Deborah Kerr, et bien d’autres guest-stars tels que Jean-Paul Belmondo, Peter O’Toole, Jacqueline Bisset ou William Holden. Mais Peter Sellers et Orson Welles ne se supportent pas et refusent de tourner ensembles leurs scènes communes, le dépressif Sellers quittant carrément le tournage, obligeant l’équipe à inventer et tourner un nouveau début et une nouvelle fin pour la cohérence scénaristique… Au final, le résultat est un joyeux n’importe quoi parodique et délirant, avec une esthétique à tomber par terre, des décors inouïs et des costumes impeccables, une bande son easy listening culte de Burt Bacharach jouée par l’orchestre de Herb Alpert (avec le classique The Look of Love de Dusty Springfield), bref un film coloré et effréné typiquement sixties, représentatif du Swingin’ London psychédélique. Pour une adaptation plus sérieuse du roman d’Ian Fleming, il faudra attendre 2006.

 Jamais_plus_jamais

– 21h : Jamais plus jamais (Irvin Kershner – 1983 – 134 minutes)

avec Sean Connery, Klaus Maria Brandauer, Max von Sydow, Kim Bassinger, Barbara Carrera

 James Bond est sur les traces de l’organisation criminelle le SPECTRE, qui est parvenue à voler deux ogives nucléaires, et qui en exigent une rançon colossale sous peine de les utiliser en représailles.

Kevin McClory avait travaillé avec Ian Fleming à l’écriture du script de ce qui devait être la première adaptation de James Bond au cinéma. Mais finalement le projet échoua, et Fleming réutilisa ce travail (sans créditer McClory) pour écrire un roman, Opération Tonnerre (Thunderball), dont les droits furent ensuite achetés pour le cinéma par EON Productions, qui en fit un film en 1965. McClory attaqua en justice Fleming, gagna le procès et devint propriétaire des droits cinématographiques du scénario. Ainsi, dans les années 70 il commence à mettre sur pied un projet de remake de Thunderball. Avec la belle somme (pour l’époque) de 5 millions de dollars il parvient à enrôler Sean Connery (dont le dernier James Bond remontait aux Diamants sont éternels en 1971). Les James Bond girls Kim Basinger et Barbara Carrera sont irrésistibles et crèvent l’écran, la mise en scène d’Irvin Kershner, illustre réalisateur de L’Empire Contre-Attaque (considéré comme le meilleur film de la saga Star Wars), est irréprochable et palpitante, tandis que l’intrigue exotique fait voyager des Bahamas à l’Afrique du Nord en passant par le sud de la France, sur une partition de l’inestimable Michel Legrand. Certes, Sean Connery et James Bond ont vieilli, mais le ton reste léger, drôle et diablement efficace grâce au dosage idéal des ingrédients indémodables de la série – tout l’inverse des derniers épisodes en date, qui s’entêtaient soit dans la vaine surenchère technologique et pyrotechnique, soit dans l’émasculation du personnage en fouillant ses faiblesses et son inconscient pour le rendre moins mythique et aussi médiocre que son public, selon la grande mode des séries américaines modernes. Jamais plus jamais sort en 1983, quelques mois après Octopussy avec Roger Moore, mais fera un moins bon score que son rival de la franchise officielle. A noter que le titre, suggéré par la femme de Sean Connery, est un clin d’œil à une déclaration que ce dernier avait faite après Les Diamants sont éternels, comme quoi il ne tournerait plus jamais un film de James Bond. Never say never again !