Archives du mot-clé kung fu

8 octobre 2017 : Ciné-club Jackie Chan : Mister Dynamite (1986) – Opération Condor (1991)

MISTER DYNAMITE

– 19h : Mister Dynamite (Jackie Chan & Eric Tsang – 1986 – 98 minutes)

avec Jackie Chan, Alan Tam, Maria Delores Forner, Rosamund Kwan, Ken Boyle, John Ladalski, Robert O’Brien, Boris Gregoric

Un aventurier est à la recherche de l’armure de Dieu, qui intéresse aussi un groupe de moines satanistes.

Après des débuts comme cascadeurs, Jackie Chan enchaîne depuis une dizaine d’années les films hongkongais de kung fu comiques, au succès grandissant (Le Marin des mers de Chine, Police Story). Avec Mister Dynamite (qu’il réalise lui-même) il surfe, comme d’autres (A la poursuite du diamant vert), sur la mode des aventuriers exotiques à la Indiana Jones en recherche de trésors – le tournage passera par l’Autriche, la Croatie, la Slovénie, le Maroc, Paris l’Espagne et les Philippines ! Avec son cocktail de chorégraphies originales (utilisant des objets ou éléments du décor), de cascades impressionnantes, de course-poursuites motorisées endiablées et d’humour loufoque, Mister Dynamite va devenir le plus gros succès de Jackie Chan et faire de lui une star du genre. Réputé pour réaliser lui-même ses cascades, y compris les plus dangereuses, il a failli se tuer durant le tournage : en sautant dans le vide, la branche sur laquelle il se rattrape s’est brisée, et il est tombé de dix mètres sur la tête. Il fut opéré pendant huit heures et resta convalescent pendant six mois à l’hôpital. On peut voir les rushes durant le générique de fin.

OPERATION CONDOR

– 21h : Opération Condor (Jackie Chan – 1991 – 107 minutes)

avec Jackie Chan, Do Do Cheng, Eva Cobo de Garcia, Shoko Ikeda, Aldo Sambrell

Jackie doit retrouver un trésor nazi enterré dans le Sahara, mais est poursuivi par des mercenaires.

Avec le succès de Mister Dynamite, Jackie Chan bénéficie naturellement de plus de budget pour sa suite, qu’il réalise et écrit, et qui prend des allures de blockbuster à l’américaine. Tourné au Maroc (rappelant Le Diamant du Nil), Philippines, en Espagne et Hong Kong, Opération Condor reprend ainsi les mêmes ingrédients, mais avec une photographie et une réalisation plus soignée, des décors plus impressionnants, des chorégraphies plus millimétrées, un humour encore plus foutraque et une dose de sexy avec ses trois partenaires féminines (parfois en petite tenue). Jackie Chan s’est bien sûr encore blessé durant ses cascades, mais rien de très grave pour une fois. En 2012, il a réalisé et joué dans le troisième épisode, Chinese Zodiac.

28 mai 2017 : Ciné-club fureur du kung-fu : La Fureur de vaincre (1972) – La Fureur du dragon (1972)

– 19h : La Fureur de vaincre (Lo Wei – 1972 – 106 minutes)

avec Bruce Lee, Nora Miao, James Tien, Maria Yi, Robert Baker, Tien Feng, Paul Wei, Riki Hashimoto, Lo Wei

Pendant l’occupation japonaise de la Chine, un disciple d’arts martiaux va chercher à venger l’assassinat de son maître.

Bruce Lee a débuté dans la série Le Frelon vert (1966-1967, que Michel Gondry adaptera au cinéma en 2011), et a enchaîné les seconds rôles en Amérique. Son immense talent martial est révélé dans Big Boss, son premier rôle principal, qui est un grand succès. Il enchaîne ainsi avec le même réalisateur, Lo Wei, avec La Fureur de vaincre. Son maître dans le film a réellement existé et remporté de nombreux tournois d’arts martiaux. Incarner son disciple, insoumis, enflammé et vengeur, inscrit alors Bruce Lee comme un des symboles nationaux de la résistance à l’oppression. Ses prouesses physiques et chorégraphiques explosent dans des scènes fascinantes et virtuoses, culminant dans un final anthologique le figeant dans l’éternité de sa légende.  Considéré comme le meilleur film de Bruce Lee, Tarantino lui rendra un hommage dans Kill Bill en reprenant le déroulement du combat contre les élèves japonais (de même que la tenue orange d’Uma Thurman est celle de Bruce Lee dans Le Jeu de la mort). Le film connaîtra un remake en 1994 avec Jet Li dans Fist of legend, une suite en 2010 avec Donnie Yen, ainsi qu’une série télévisée en 1995 déjà avec ce dernier.

LA FUREUR DU DRAGON

– 21h : La Fureur du dragon (Bruce Lee – 1972 – 99 minutes)

avec Bruce Lee, Nora Miao, Chuck Norris

Un expert en arts martiaux est appelé à Rome par son oncle pour l’aider à débarrasser son restaurant de délinquants qui le rackettent. Mais ils font appel à un champion américain…

Après l’immense succès de La Fureur de vaincre, Bruce Lee endosse pour la première et dernière fois la casquette de scénariste, producteur et réalisateur pour son film suivant, La Fureur du dragon, premier film asiatique à être tourné en Europe, en l’occurrence à Rome. Moins dramatique et parfois plus comique que dans le précédent film, Bruce Lee affronte son plus puissant ennemi, Chuck Norris, dans un mythique combat tourné au Colisée en quatre jours (au début en cachette car sans autorisation, avant d’avoir l’accord d’un agent de sécurité !), peut-être le plus grand combat d’arts martiaux du cinéma d’un point de vue professionnel. Il s’agit du plus gros succès de Bruce Lee en Asie, dépassant les records du précédent. Ensuite, Bruce Lee ne terminera qu’Opération Dragon, et décèdera en 1973 à 32 ans avant d’avoir pu finir Le Jeu de la mort.

13 septembre : Ciné-club Kung-fu : Opération Dragon (1973) – Crazy Kung-fu (2004)

11884634_869994139722665_8595001049729788886_o

– 19 h : Opération Dragon (Robert Clouse – 1973 – 98 minutes)

avec Bruce Lee, John Saxon, Jim Kelly, Ahna Capri, Shih Kien, Bob Wall, Angela Mao, Bolo Yeung

 Un membre du temple Shaolin est chargé de s’infiltrer chez un trafiquant de drogue et d’esclave par le biais du tournoi d’arts martiaux qu’il organise sur son île.

Après des apparitions dans des séries télévisées (Batman, Le Frelon Vert, L’Homme de fer), Bruce Lee commence son ascension fulgurante au cinéma dans les films hongkongais Big Boss, La Fureur de vaincre et La Fureur du Dragon. Avec Opération Dragon, il tourne dans sa plus grosse production avec Warner Brothers – il s’agit d’ailleurs du premier film hollywoodien à avoir un chinois comme acteur principal. Le film occidentalise un peu l’intrigue, avec quelques références à James Bond : le méchant a des pinces à la place des mains artificielles comme dans celui de James Bond contre Docteur No. La scène du dernier combat est d’ailleurs anthologique : il a lieu dans une salle avec huit mille miroirs, donnant lieu à des jeux de reflets inouïs. La musique de Lalo Schifrin est délicieusement funky comme à son habitude (L’Inspecteur Harry). Bruce Lee deviendra une star mondiale avec ce film, mais à titre posthume : il meurt en effet d’un œdème cérébral (dans des circonstances troubles) trois semaines et demi avant sa sortie, faisant de lui une icône culturelle du XXème siècle.

 11947765_869994299722649_4113253177126873477_o

– 21h : Crazu Kung-fu (Stephen Chow – 2004 – 99 minutes)

avec Stephen Chow, Yuen Qiu, Yuen Wah, Danny Chan Kwok Kwan, Xing Yu, Lam Suet

Un jeune voyou sympathique rêve d’intégrer une puissant gang, qui est en lutte avec des maîtres de kung-fu pour contrôler une rue sacrée.

 Trois ans après Shaolin Soccer, une parodie délirante d’Olive et Tom à la sauce kung-fu acrobatique (succès international, public et critique), Stephen Chow enfonce le clou dans la Chine des années 40, avec des combats inspirés de Bruce Lee (son idole) et… Ken le survivant ! Pour les spectaculaires chorégraphies, il fait appel à Sammo Hung et Yuen Woo Ping (Matrix, Tigres et dragons). Hommage aux kung-fu comédies des années 70-80, Crazy Kung-fu déploie un humour cartoonesque à la Tex Avery avec une galerie de second rôles aux tronches impayables. Extrêmement soigné techniquement, le film a été très bien accueilli, engrangeant cent millions de dollars de recettes mondiales, et devenant le plus grand succès en langue étrangère aux Etats-Unis en 2005.

Ciné-club football : Shaolin Soccer (2001) – Match France / Honduras

ha3w55QBdrR7efH5RpLYDUqMY8p

– 19h : Shaolin Soccer (Stephen Chow – 2001 – 107 minutes)

avec Stephen Chow, Zhao Wei, Ng Man-tat, Patrick Tse Yin, Wong Yat-Fei, Karen Mok, Cecilia Cheung, Vincent Kok

Une ancienne star du football monte une équipe professionnelle constituée de moines Shaolin, utilisant leur art du kung-fu !

Star comique à Hong Kong, l’acteur-réalisateur Stephen Chow est habitué aux parodies (Bons baisers de Pékin, 1994). Malgré l’engouement moindre du football en Asie qu’en Occident, après la Coupe du Monde de 1998 il décide de s’attaquer à ce sport, et d’écrire, interpréter, produire et réaliser l’impensable : un film qui restituerait l’invraisemblance du dessin animé Olive et Tom (Captain Tsubasa) avec des acteurs réels. Pour ceux qui n’auraient pas passé leur jeunesse devant la télévision dans les années 80-90, rappelons que cet anime japonais, diffusé dans le Club Dorothée aux côtés de Dragon Ball ou Les Chevaliers du Zodiaque, montre des matchs de football sur des terrains aux dimensions kilométriques, avec sauts de plusieurs mètres, acrobaties et retournés aériens sans difficulté, ou shoots si puissants qu’ils transpercent les filets et fissurent le mur derrière – le tout par des collégiens amateurs, évidement ! Chow engage le fameux chorégraphe Ching Siu-tung (Histoires de fantômes chinois, Hero) pour allier esthétiquement football et kung-fu, à l’aide d’effets spéciaux en images de synthèse, assurés par le studio hongkongais Centro Digital (Stormriders). Délirant, hilarant et jubilatoire, Shaolin Soccer devient le plus gros succès commercial à Hong Kong depuis son rattachement à la Chine, ce qui pousse les américains de Miramax à en racheter les droits pour une distribution internationale. A noter que la version internationale, sortie au cinéma en France, a été raccourcie d’une vingtaine de minutes, et que ce sera donc la version longue originale inédite qui sera projetée au ciné-club. Dommage que les matchs de football ne se déroulent pas comme ça !

foot-festin

– 21h : France – Honduras (Match de la Coupe du Monde de Football – Brésil – 90 minutes)

Avec aux commentaires maison notre ami Philippe Cotonnec !