Archives du mot-clé Rob Reiner

1er novembre : Ciné-club Halloween avec Stephen King : Misery (1990) – Shining (1980)

MISERY

– 19h : Misery (Rob Reiner – 1990 – 107 minutes)

avec James Caan, Kathy Bates, Lauren Bacall, Richard Farnsworth, Frances Sternhagen

Un célèbre romancier, suite à un grave accident de voiture dans les montagnes, est recueilli et soigné par une de ses plus grandes admiratrices. Mais elle ne supporte pas la fin de son dernier roman, et veut qu’il en écrive une autre…

Publié en 1987, Misery de Stephen King a reçu le prix Bram Stoker du meilleur roman, parabole sur l’artiste prisonnier de son public. Rob Reiner, réalisateur diversifié (This is Spinal Tap, Quand Harry rencontre Sally, Des Hommes d’honneur) l’adapte trois plus tard au cinéma (après avoir déjà adapté Stand by Me de King en 1986). Ce thriller psychologique tourne à l’horreur par l’intensité des relations entre les personnages principaux dans un huis clos : le héros a les jambes cassées et est coincé sur un lit ou une chaise roulante, tandis que son admiratrice est totalement imprévisible, passant de la dévotion à la colère sadique à la moindre phrase qui la contrarie. Cette séquestration infernale rappelle fortement un classique du cinéma américain : Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? de Robert Aldrich (1962). James Caan, acteur d’habitude nerveux et énergique, est ici réduit à la passivité et vulnérable. Quant à Kathy Bathes, son interprétation glaçante et plus vraie que nature a été récompensée de l’Oscar et du Golden Globe de la meilleure actrice. Le roman a aussi donné lieu à une chanson du groupe Anthrax, et une adaptation théâtrale à Broadway avec Bruce Willis !

 SHINING

– 21h : Shining (Stanley Kubrick – 1980 – 119 minutes)

avec Jack Nicholson, Shelley Duvall, Danny Lloyrd, Scatman Crothers

Un écrivain en panne d’inspiration part avec sa famille garder un grand hôtel isolé dans les montagnes pendant sa fermeture hivernale. Mais celui-ci a été construit sur un ancien cimetière indien…

Sur les dizaines d’adaptations audiovisuelles de Stephen King au cinéma, Shining est une des rares où le réalisateur prend le dessus sur le romancier. Pas étonnant de la part du démiurge Stanley Kubrick, qui a toujours intelligemment basé ses films sur des romans, des plus confidentiels (L’Ultime Razzia) aux plus fameux (Lolita). Le scénario de Kubrick prend ainsi ses libertés avec le roman de King, notamment en refusant les explications rationnelles pour mieux fasciner le spectateur – ce qui provoquera des réactions mitigées de la part du romancier, sentant son œuvre trahie. Pour son irruption dans le nouveau genre en vogue des films d’horreur, Kubrick signe comme d’habitude un chef d’œuvre du genre, malgré ou grâce à son économie de violence, à partir de ses cadrages et images inoubliables de nouvelles caméras Steadicam, sa bande-son soignée (par Walter/Wendy Carlos, déjà auteur de celle d’Orange Mécanique), sa symbolique complexe mais hypnotisante. Au casting, une fois n’est pas coutume, Kubrick décroche une immense star, Jack Nicholson, qui livre sa prestation la plus iconique et intense, qui avec celle dans Vol au-dessus d’un nid de coucou le catalogue dans les acteurs de la folie. Shelly Duvall, actrice fétiche de Robert Altman, est aussi excellente en mère pétrifiée de frayeur. Shining connaitra une adaptation en téléfilm en 1997, scénarisé et produit par Stephen King lui-même afin de mieux respecter le roman original. A noter que l’hôtel du film, situé dans le Colorado, est devenu un musée de l’horreur !

En bonus sera diffusé le making of Shining (Vivian Kubrick – 1980 – 35 minutes), réalisé durant le tournage par la fille du maître. L’occasion de voir Nicholson se préparer à rentrer dans son personnage pour la scène de la hache contre la porte de la salle de bain !

1er mars 2015 : Ciné-club Hard rock

SPINAL TAP

– 19h : This is Spın̈al Tap (Rob Reiner – 1984 – 83 minutes)

avec Michael McKean, Christopher Guest, Harry Shearer, Rob Reiner, June Chadwick, Tony Hendra, Bruno Kirby, Patrick McNee, Billy Cristal, Anjelica Huston

Une équipe de documentaire suit la tentative de comeback du groupe de hard rock Spın̈al Tap.

Le premier film de Rob Reiner (Quand Harry rencontre Sally, Misery, Des Hommes d’honneur) est un mockumentary ou documenteur, autrement dit un faux documentaire. On voit en effet un réalisateur et sa caméra suivre la tournée comeback d’un groupe de hard rock, mais tout est faux, jusqu’au groupe ! Cette parodie des coulisses du (hard) rock des années 70-80 est tout bonnement hilarante et terriblement acérée, s’inspirant d’une infinité de faits divers et d’anecdotes de Led Zeppelin, Black Sabbath, Status Quo, Scorpions et autres Motley Crue, entre scénographies grotesques, décès mystérieux du batteur, manager irresponsable, pochettes d’albums douteuses, paroles de chansons sexistes et débiles, conflits d’ego des leaders, compagne harpie du guitariste qui sème le trouble, virages stylistiques, archives télé sixties et hippies, guitare double manche, le fameux ampli qui monte jusqu’à 11, etc.. Avec leur mélange de prétention, naïveté et stupidité, les membres du groupe donnent une image touchante et tellement juste de la rock star des stades. Une véracité qui poussera carrément ce faux groupe à en devenir un vrai, en sortant des albums et jouant des concerts bien après la sortie du film, entretemps devenu culte auprès de milliers de fans ! On a pu ainsi les voir jouer au Freddie Mercury Tribute ou au Live Earth. Les références culturelles au film sont devenues innombrables (notamment dans les Simpson, où par ailleurs l’acteur jouant le bassiste est aussi un membre de l’équipe de doublage du dessin animé). This is Spın̈al Tap est tout bonnement un des meilleurs films sur le rock, et certainement le plus drôle !

 4

– 21h : Good to see you again, Alice Cooper (Joe Gannon – 1974 – 100 minutes)

avec Alice Cooper, Michael Bruce, Glen Buxton, Dennis Dunaway, Neal Smith, Fred Smooth

Enregistré en 1973 durant la tournée pour l’album Billion dollars babies qui est un énorme succès commercial, Good to see you again, Alice Cooper donne à voir le fameux spectacle excessif, innovant et choquant pour l’époque du groupe (car Alice Cooper était le nom du groupe, avant que le chanteur ne parte faire carrière en solo en gardant le même nom). Dans une ambiance théâtrale de cabaret décadent et macabre, on découvre la plupart des artifices scéniques qui ont fait la réputation sulfureuse d’Alice Cooper, à base de maquillage, faux mannequins, bébés en jouet, fleurs, sarcophage, dollars lancées dans le public, mise en scène d’arrachage de dent avec fausse dent, brosse à dent et tube de dentifrice géants, un véritable boa dans les mains du chanteur, un faux Richard Nixon sur scène, le clou du spectacle étant la fameuse mise à mort d’Alice Cooper par guillotine et tête coupée exhibée au public ! Autant d’éléments spectaculaires qui ne le rendent pas étranger à la parodie de This is Spın̈al Tap – sauf qu’Alice Cooper a toujours pratiqué l’autodérision par l’outrance volontaire, contrairement à nombre de ses confrères. Le film du concert (car il est bel et bien sorti sur les écrans américains à l’époque) est augmenté de quelques scènes de fictions à vocation humoristique mais dispensables avec un acteur cabotin. Quoi qu’il en soit, Good to see you again, Alice Cooper confirme que les excentricités spectaculaires de Marilyn Manson et autres Lady Gaga n’ont pas grand-chose à envier à celles d’Alice Cooper, qui a ouvert la voie à bien des imitateurs. Enfin, n’oublions pas la performance musicale du groupe, Billion dollars babies étant sans doute leur meilleur album.