Archives du mot-clé Rosamund Kwan

25 février 2018 : Ciné-club Il était une fois en Chine : Il était une fois en Chine (1991) – La Secte du lotus blanc (1992)

– 19h : Il était une fois en Chine (Tsui Hark – 1991 – 134 minutes)

avec Jet Li, Yuen Biao, Jacky Cheung, Rosamund Kwan, Ken Cheng, Shi-Kwan Yen

A la fin du siècle dernier dans le sud de la Chine, Wong Fei-hung, médecin spécialiste des arts martiaux, se bat contre des brigands locaux, tandis que des puissances coloniales étrangères tentent d’accroître leur influence dans le pays.

Wong Fei-hung est un authentique personnage historique, très célèbre pour ses capacités prodigieuses au combat. Il a été incarné plus de cent fois au cinéma (surtout entre les années 50 à 70, dont 85 fois par le même acteur). Il est incarné cette fois-ci par Jet Li, quintuple champion du monde de wushu, et qui va devenir la plus grande star de kung-fu après Bruce Lee et Jackie Chan. Tsui Hark orchestre de main de maître des combats virevoltants, reposant autant sur les performances athlétiques de ses acteurs que sur les chorégraphies virtuoses (notamment un combat sur des échelles à couper le souffle). Incarnation d’un nationalisme chinois au milieu des puissances coloniales (reflet de la montée en puissance du pays dans les années 90), Il était une fois en Chine est une révolution pour le film de kung-fu, au succès considérable.

– 21h15 : Il était une fois en Chine 2 : La Secte du lotus blanc (Tsui Hark – 1992 – 113 minutes)

avec Jet Li, Rosamund Kwan, Max Mok, Donnie Yen, David Chiang, Shi-Kwan Yen

En réaction à la politique impérialiste britannique, une secte se venge contre leurs ressortissants. Pour éviter qu’ils n’envoient leur armée, Wong Fei-hung est chargé de calmer la secte.

Première des cinq suites d’Il était une fois en Chine, La Secte du lotus blanc est là aussi basé sur une véritable société secrète que Wong Fei-hung affronta. Le film eut encore plus de succès que le premier, tout en restant aussi rythmé, chorégraphie et impressionnant. Jet Li et Tsui Hark se retrouveront encore pour le troisième épisode, Le Tournoi du lion, mais Tsui Hark ne reviendra que pour le cinquième épisode, et Jet Li pour le sixième et dernier. Ils tourneront en 2011 Dragon Gate, la légende des sabres volants.

8 octobre 2017 : Ciné-club Jackie Chan : Mister Dynamite (1986) – Opération Condor (1991)

MISTER DYNAMITE

– 19h : Mister Dynamite (Jackie Chan & Eric Tsang – 1986 – 98 minutes)

avec Jackie Chan, Alan Tam, Maria Delores Forner, Rosamund Kwan, Ken Boyle, John Ladalski, Robert O’Brien, Boris Gregoric

Un aventurier est à la recherche de l’armure de Dieu, qui intéresse aussi un groupe de moines satanistes.

Après des débuts comme cascadeurs, Jackie Chan enchaîne depuis une dizaine d’années les films hongkongais de kung fu comiques, au succès grandissant (Le Marin des mers de Chine, Police Story). Avec Mister Dynamite (qu’il réalise lui-même) il surfe, comme d’autres (A la poursuite du diamant vert), sur la mode des aventuriers exotiques à la Indiana Jones en recherche de trésors – le tournage passera par l’Autriche, la Croatie, la Slovénie, le Maroc, Paris l’Espagne et les Philippines ! Avec son cocktail de chorégraphies originales (utilisant des objets ou éléments du décor), de cascades impressionnantes, de course-poursuites motorisées endiablées et d’humour loufoque, Mister Dynamite va devenir le plus gros succès de Jackie Chan et faire de lui une star du genre. Réputé pour réaliser lui-même ses cascades, y compris les plus dangereuses, il a failli se tuer durant le tournage : en sautant dans le vide, la branche sur laquelle il se rattrape s’est brisée, et il est tombé de dix mètres sur la tête. Il fut opéré pendant huit heures et resta convalescent pendant six mois à l’hôpital. On peut voir les rushes durant le générique de fin.

OPERATION CONDOR

– 21h : Opération Condor (Jackie Chan – 1991 – 107 minutes)

avec Jackie Chan, Do Do Cheng, Eva Cobo de Garcia, Shoko Ikeda, Aldo Sambrell

Jackie doit retrouver un trésor nazi enterré dans le Sahara, mais est poursuivi par des mercenaires.

Avec le succès de Mister Dynamite, Jackie Chan bénéficie naturellement de plus de budget pour sa suite, qu’il réalise et écrit, et qui prend des allures de blockbuster à l’américaine. Tourné au Maroc (rappelant Le Diamant du Nil), Philippines, en Espagne et Hong Kong, Opération Condor reprend ainsi les mêmes ingrédients, mais avec une photographie et une réalisation plus soignée, des décors plus impressionnants, des chorégraphies plus millimétrées, un humour encore plus foutraque et une dose de sexy avec ses trois partenaires féminines (parfois en petite tenue). Jackie Chan s’est bien sûr encore blessé durant ses cascades, mais rien de très grave pour une fois. En 2012, il a réalisé et joué dans le troisième épisode, Chinese Zodiac.